30 décembre 2012

Le craquage de la semaine...


C'était peu avant Noël. Tous mes amis étaient partis chez leurs parents se goinfrer des bons petits plats de leur mère aimante et dévouée avant le grand gavage des fêtes. J'étais seule sur Paris.

J'avais pour consigne (l'homme avait parlé avec, pensait-il, autorité) de ne rien acheter avant de découvrir mes cadeaux. Mais voilà, je me sentais seule. Je venais d'achever une dure semaine de travail. J'avais un besoin irrépressible de réconfort. Quand ton mec et tes potes s'empiffrent et retrouvent leur chambre d'ado avec des posters collectors pendant que tu regardes un film téléchargé illégalement en le regrettant tellement le navet est pourri et irrécupérable, une seule chose peut te faire du bien. Du shopping. 

Je m'étais mise en tête de trouver des escarpins noirs classiques pas trop chers pour aller avec une robe que j'espérais avoir en cadeau sous le sapin. Je me disais aussi que si je trouvais ces chaussures, j'allais forcément recevoir la fameuse robe. Parce que le Père Noël voit tout de là-haut (oui, le Pôle Nord est au-dessus de nous, c'est Cécile Duflot qui me l'a dit). J'ai donc écumé les H&M mais les talons étaient ridiculement petits, les Zara mais les talons étaient absurdement trop hauts, les André mais les modèles étaient malheureusement moches, les Minelli mais les chaussures étaient étonnamment trop larges. 

J'ai un souci de pieds. Oui, te diras-tu en lisant ce paragraphe : il y a des gens qui ont de vrais problèmes dans la vie. Et de vrais problèmes qui les minent tous les jours. J'ai les pieds vraiment très fins. Les escarpins sans brides, aussi étroits soient-ils, ne font jamais du collé-serré très longtemps avec mes petons. Il me fallait donc trouver des escarpins à lanières. Je n'avais pas le choix. Et qui fait de jolis pompes qui ne se font pas la malle quand tu cours derrière le métro ? Repetto. C'est simple, c'est chic, c'est intemporel, c'est cool. Mais c'est cher. Oui, mais c'est cool. Et surtout, j'étais au bord de la dépression pré-fêtes qui aurait fait transpirer le foie gras, ramollir les saint-jacques, trembler l'oie, exploser la lotte et ratatiner la bûche. Il fallait agir et vite. 

Je pénétrai donc dans la boutique Repetto rue du Four dans le 6ème. J'enfilai une seule paire de chaussures. Et j'entendis les mots suivants sortir de ma bouche sans que je puisse faire quoi que ce soit : "Je les prends". 


5 commentaires:

  1. Il faut toujours suivre son instinct tu as bien fait elles sont superbes. Joyeuses fêtes ma belle et des bises

    RépondreSupprimer
  2. Très beau craquage, j'adore!
    Bizzz!

    RépondreSupprimer
  3. Et finalement tu l'as eu la robe ?

    RépondreSupprimer
  4. Qu'est ce qu'elles sont jolies,tu as bien fait,au moins t'etais sûre d'avoir un cadeau qui te plaisait.
    Je te souhaite de danser toute la nuit avec tes jolies chaussures.

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage sur CCCandCo. :-)